Une affaire de goût : Cru classé

Passionnée de cuisine, la comédienne et naturopathe, Marie-Sophie L. s’est convertie à la « Raw Food », ou nourriture crue. Ses recettes subliment le végétal, comme ce Pad Thaï frais, croquant et explosif en bouche.

CAMILLE LARBO / PHOTOS JULIE BALAGUE

 

Je suis fascinée par la gastronomie depuis toujours.

 

Pourtant ma mère cuisinait peu avec elle , c’était plutôt jambon-purée Mousline Elle ne me laissait pas jouer des couteaux et des casseroles non plus, car elle trouvait que cela salissait trop à défaut, J’ai dévoré, durant mon adolescence des livres comme l’art culinaire français ou le Grand Larousse gastronomique. Classiques de cuisine bourgeoise. Je lisais ces ouvrages comme on dévore des romans, de la première à la dernière page, avec avidité. J’ai acquis ma grammaire gastronomique ainsi, en salivant devant les descriptions de plats, sans jamais les gouter. Il me suffit d’ailleurs de le lire une recette pour en connaitre la saveur, comme un musicien peut entendre une mélodie en déchiffrant la partition. Enfant, j’étais particulièrement gourmande et pourtant fréquemment frustrée. Alors que ma famille peut digérer des cailloux. J’endurais nausées et difficultés gastriques. Ma satisfaction émotionnelle allait de pair avec un mal-être physique récurrent. A l’inverse, si je mangeais des légumes bouillis, je me sentais bien, mais je n’en tirais aucun plaisir, aucune émotion. Malgré ma formation de naturopathe, il m’a fallu attendre d’avoir 48ans pour découvrir la cuisine crue, et pourvoir crue, et pourvoir enfin aller jouissance de manger et bien-être corporel. C’était en 2012 au retour d’un voyage en inde. J’ai fait un jeune, et dans le silence mental et physique de l’abstinence alimentaire. J’ai eu comme révélation : je n’ai plus eu envie de cuisinier avec la chaleur C’est comme si j’avais réinitialisé mes papilles avec toutes les couleurs et les goûts entièrement basculé vers les fruits et légumes, dans leur incarnation la plus pure et dans toute leur diversité : la cuisine crue, c’est audacieux et sauvage. Impétueux, mais pas indomptable. Les goûts sont à la fois puissants, subtils et vifs Rien qu’avec un céleri-rave, on peut voyager : au centre. C’est doux, un peu cotonneux, des saveurs proches de la noix de coco. Plus on va vers l’extérieur de la boule, plus les notes sont anisées. Et si on mange la peau, c’est très fort, presque anesthésiant. Quand le légume est cuit. Tout cela devient bien plus lisse et distinct. LE PAD THAI EST L’UN DE MES PLATS FAVORIS, je l’ai découvert lors de mes voyages en Asie. J’adorais le goût, mais je n’aimais pas trop les nouilles. J’ai cherché à traduire ces saveurs, j’ai ajouté du croquant et du frais, imaginé une sauce qui réveille les papilles. Même si le nom signifie « Sauté thaï », c’est une recette qui gagne à être revisitée crue. Car ma « gastronomie », ce n’est pas juste des salades : il s’agit d’élaborer une nouvelle syntaxe culinaire ; de traiter les produits avec inventivité et humilité. C’est ainsi que j’ai imaginé une somptueuse sauce napolitaine en version crue pour les pâtes, des crèmes non brûlées. Un gâteau Opéraw étonnant, ou ce pad thaï qui n’a pas son pareil.

‘’ L’Alimentation crue. Naturellement healthy, de Marie-Sophie L. Albin Michel.192p. 12,90€.
www.linstantcru.com

 

Le Pad Thaï cru de Marie-Sophie L.

 

1c à s. de sirop d’érable ½ c. de piment de Cayenne pour les légumes 2 courgettes. 2 à 3 carottes. 1 pomme Granny Smith. 1poivron rouge ou orange. 1oignon rouge ou rose. 1 petit quart de chou rouge (150g). 150g de pousses de soja 1 piment finement ciselé 450g de nouilles de Kolp rincées dans l’eau tiède citronnée ( à défaut, nouilles de riz ) 60g de cacahuètes crues où amandes fraiches 1 botte de coriandre et/ ou basilic thaï effeuillée.

Placer tous les ingrédients de la sauce dans la cuve d’un blender puissant, et mixer jusqu’à obtenir une crème épaisse et onctueuse ( on peut prévoir une grande quantité et en conserver au réfrigérateur ou au congélateur ). Détailler les courgettes, carottes, pommes et poivrons en julienne, trancher l’oignon finement et tailler le chou rouge en fines lanières à l’aide d’une mandoline ou avec un couteau bien aiguisé. Malaxer tous les légumes dans la sauce, puis ajouter les nouilles 30minutes au frais. Juste avant de déguster, parsemer de cacahuètes et/ou d’amandes et de feuilles de coriandre et/ou de basilic thaï grossièrement ciselées. Marier avec un thé noir Darjeeling ou un côtes-du-roussillon-villages.

La Magazine du Monde 21 Avril 2018