L'intimité des légumes, des fruits, des graines... révélée dans L'instant Cru

 

Tous les choux sont braves. Ils résistent au froid et aux intempéries pour nous parvenir riches et croquants, leurs larges feuilles déployées, prêtes a envelopper toutes sortes de préparations. Ils se laissent attendrir par une pointe de sel, et lacto-fermentent joyeusement avec encore plus de sel pour fournir des choucroutes ou des kimchi délicieux…

 

 

Nous pouvons choisir de vivre en prédateur...ou en poète

 

Framboises, framboises… Prononcer leur nom met déjà l’eau à la bouche. Il annonce la sensualité presque indécente de leur rose… foncé comme une chair mordue, peut-être parce qu’elles portent en cœur le parfum frais des roses et en fond celui plus lourd et presque sanguin des violettes. Elles ont l’audace d’y mêler les notes boisées de leurs pépins ainsi que des pointes d’acidités vertes, unifiées par des notes beurrées et lactées d’une gourmandise absolue.

 

 

 

La puissance de La Nature au service de la nôtre...

 

 

Lorsque les noisettes se défont de leur tutu de feuilles et se libèrent de leur cuirasse de bois dur, c’est tout le cœur tendre des sous-bois qui se révèle. Leur goût sucré, boisé, chocolaté est pure gourmandise. Les noisettes portent en elles des parfums de cacao, les fèves recèlent des accents de noisette. Comme si les unes et les autres gardaient la trace, le souvenir de leur évidente complicité. Le lait, la crème, le beurre et même l’huile de noisette sont précieux dans L’instant Cru

 

 

Un cheesecake, sans farine, sans produits laitiers et sans cuisson ?

Osez la vie en raw… renouvelez votre paysage culinaire et découvrez des sensations inédites !

La raw food, l’alimentation de demain

La nourriture, au cœur de notre vie et de notre relation avec notre environnement, est devenu dénaturée et préjudiciable à notre santé comme à celle de tout ce qui vit sur notre planète. Quitter l’autoroute de la grande consommation me parait une priorité… pour l’instant réservée aux esprits curieux et libres de quitter le troupeau… Dans L’instant Cru, je vous propose ma cuisine crue, mon interprétation exquise d’une raw food que j’ai transformée en gastrawnomie.

C’est probablement l’alimentation de demain.

Une cuisine écologique

25 tonnes de terre sur les écoutilles de L’instant Cru pour un potager flottant cultivé en permaculture, des choux, des fraises, des framboises, des pommes, des herbes aromatiques, des coccinelles… et même des abeilles installées dans 3 ruches… C’est possible… oui. Comme de faire un Cheesecake sans farine, sans produits laitier… et sans cuisson !

 

Les américains et les anglosaxons de plus en plus adeptes de la rawfood sont dithyrambiques pour énumérer ses innombrables bénéfices, du rajeunissement, de la beauté de la peau en passant par les performances sportives, intellectuelles pour atteindre les délices d’une sérénité physiologique… dont je peux témoigner… Je mange cru et je m’en réjouis tous les jours depuis plus de 5 ans.

Bien qu’il soit démontré que cette alimentation prévient, allège les symptômes si ce n’est guérit certaines pathologies, les témoignages s’accumulent dans ce sens, et que les crudivores ont un taux d’anti-oxydants significativement supérieur à la moyenne en plus d’une énergie incontestable il me semble prudent de laisser aussi la place à la controverse.

Cette page en fait le tour sous forme de questions/réponses. Vos questions sont les bienvenues, nous y répondront du mieux possible.

Q : La crusine ne provoque-t-elle pas l'isolement, n'est-elle pas anti-convivialité ?

R : Quand je vais diner chez des amis j’apporte un cheesecake ou une tarte au chocolat …tout crus, je fais un carton ! Et quand ils viennent diner chez moi… ils ne parlent plus que de ça !

Q : C'est compliqué de se nourrir au travail

R : emporter un smoothie de légumes et de fruits rassasiant et partager un hors d’œuvre avec ses collègues suscite plus la curiosité et l’envie… et fait généralement des adeptes… car, qui est vraiment satisfait des repas du midi dans les cafeterias ou autres restaurants d’entreprise ?

Q : il y a des carences

R : pour les végétaliens, il peut y avoir des carences en B12 (d’origine animale exclusivement). Personnellement, je mange du poisson cru une fois par semaine au moins et du miel ainsi que du pollen.

J’écarte la viande et les produits laitiers. Je précise que je n’ai jamais rencontré de crudivores à 100% et ce n’est surtout pas l’objectif.

Manger exclusivement cru et végétal me paraît excellent sur une courte période de détoxification mais préjudiciable à long terme. Je déplore que certaines personnes exclusivement crudivores et vegan se servent de leur expérience pour entrainer des lecteurs dans un régime qui ne leur convient pas.  L’exception de certains ne peut pas devenir une généralité pour la plupart.

Q : n’est-ce pas difficile de manger froid ?

R : c’est une question que je me suis posée avant mon premier hiver « cru ». Je n’y ai plus vraiment pensé par la suite. Je mange à température ambiante (je n’ai jamais aimé la nourriture froide qui sort du réfrigérateur) et je consomme des soupes chaudes en rajoutant de l’eau bouillante dans les purées.

Ma crusine est dense et riche en goûts. Elle me réchauffe de ce fait. Une mise en garde cependant concernant ceux qui ont un feu digestif faible, ce qui était mon cas avant de manger cru. Ces derniers ont besoin de soutenir leur feu digestif en mangeant chaud.

J’ai observé que mon feu digestif, ma puissance digestive en d’autres termes s’était restaurée et considérablement renforcée avec une alimentation crue.

Q : c'est compliqué

R : Tout ce qui est nouveau parait compliqué. C’est au contraire plus simple que la cuisine traditionnelle en même temps qu’un gain de temps…

Q : manger cru c’est peut être bon pour la santé mais vraiment pas gourmand.

R : Avec de mauvaises recettes oui, ce n’est pas glamour. Mais avec mes recettes excellentes et simples, c’est juste une révélation culinaire et un monde de sensations inédites qui s’ouvre à vous…  Profitez du programme de 7 jours offert pour tester 😉

 

Q : manger des légumes et des fruits crus c'est monotone.

R: ah ! J’attends cette question ! Je consacre ma vie à vous prouver le contraire … monotone ? Ce sont les pâtes et le riz qui sont monotones… pas mes risottos ni mes lasagnes 100% légumes. Inscrivez-vous au programme de 7 jours offert et testez 😉

 

Q : On ne peut pas soutenir ce choix longtemps car il ne procure pas véritablement de plaisir et de plus, il est compliqué de changer d’habitude et d’apprendre à cuisiner cru.

R : Avec L’instant Cru… c’est une fête tous les jours… le site est conçu pour vous faciliter la vie et l’accès à ma c®usine… tous les jours.

Q : et les protéines ? et le calcium si on écarte le lait ?

 R: Savez-vous qu’il y a autant de protéines dans 150 g de boulgour et 30 g de lentilles que dans 150 g de viande?  Le Professeur Henri Joyeux a courageusement écrit à ce sujet en étant l’un des premiers à donner l’alerte concernant les dangers de la consommation de lait et de produits laitiers. J’en parle en détails page**A AJOUTER

 

Q : il faut du matériel coûteux comme les blenders...

R : Oui, il faut un blender puissant pour transformer les légumes crus en purées, soupes et smoothies entre-autres. Bonne nouvelle, devant l’engouement pour cette nouvelle mode, les industriels proposent enfin du matériel performant à des prix compétitifs. Un saladier et une passoire suffisent toujours pour faire germer des graines…

Q : Manger cru, c’est toxique…

R : Dans notre monde moderne, c’est l’alimentation industrielle dénaturée qui devient source de toxicité ; choisir l’alimentation vivante est l’assurance d’avoir la main sur la qualité bio et crue de ce que nous ingérons, de ne pas se nous laisser polluer… et en bonus, de nettoyer notre corps en prenant de nouvelles habitudes.

Nous en ressentons les bienfaits du jour au lendemain… En augmentant la proportion de plats et de repas non dénaturés par la cuisson, nous affinons naturellement nos sens à mieux reconnaître ce qui est bon pour nous. Si vous redoutez la toxicité de certains poissons ou viandes crues, il est recommandé de les congeler avant de les consommer crus…

Q : c'est cher...

R : Oui, à court terme ! Et non sur le long terme. Lisez bien la suite…

 

Une assiette de bons légumes bio est devenue plus chère qu’une tranche de viande improbable dans une grande surface.

Mais être malade ou improductif ne coute-t-il pas encore plus cher, compléments alimentaires, antidépresseurs, médicaments et autre arsenal de vitamines pour rebooster nos machines essoufflées.

La meilleure des voitures n’ira ni loin ni vite avec un carburant frelaté.

A nous de choisir – ou pas – d’investir dans ce que nous avons de plus précieux… notre santé, pour jouir du reste. Il est clair que rien n’est moins cher que les produits industriels de masse tels que la farine, le sucre blanc, les œufs et le beurre pour faire un gâteau. Ma cuisine crue n’engage aucun de ces 4 ingrédients.

Pas de farine – pas de cuisson -, pas de produit animal – pas d’œuf – etc… mes gâteaux sont de graines oléagineuses, de sirop d’agave, d’érable ou de fleur de coco aux indices glycémiques bien plus bas que le sucre de canne blanc et de cacao cru, brut dont les pouvoirs super antioxydants sont préservés etc… que des produits encore peu accessibles dans les supemarchés car ils restent inviolés par l’industrialisation de masse, bien que leur commercialisation progresse à vue d’œil. Même un risotto à base de légumes racine (broyés en grains de la taille des grains de riz) est plus cher que du vrai riz cuit.

Oui, ma nourriture crue est chère car elle engage des ingrédients de qualité, mais elle économise une foule de compléments alimentaires et autres médicaments… J’observe depuis longtemps combien mal manger coûte cher, très cher en termes de santé. Investir dans sa nourriture, c’est miser sur soi et se donner les moyens d’être performant et heureux.

Par le biais de ma c®usine, je rencontre beaucoup de personnes de tous milieux et tous horizons et j’entends souvent que ma cuisine crue est réservée à l’élite bobo qui a « « les moyens ». Curieusement, les élèves qui fréquentent mes cours sont des gens éveillés, souvent simples et sages, sans grands moyens financiers, mais suffisamment à l’aise avec leurs choix et en place dans leur estime d’eux mêmes pour avoir décidé de s’offrir le meilleur. Et ils affirment y trouver leur compte.

Ils trouvent, tout compte fait l’alimentation crue moins chère que l’alimentation traditionnelle, car ils réalisent à quel point cela leur fait économiser d’argent par ailleurs. Ils ont la patate, sont rayonnants, vifs et manifestement heureux et satisfaits de bouffer la vie… toute crue, et ils s’en donnent les moyens.

 « Je vous offre un voyage de 7 jours à la découverte de mon art de vivre  pour vous initier joyeusement aux délices ma cuisine régénérante…« 

Votre NatuRawChef, Marie Sophie L

Les inscriptions à la semaine de formation intensive en présentiel sont ouvertes…
Cette formation certifiante aura lieu du 24 au 28 juillet